Corporate hacker, ou le profil idéal pour transformer l’entreprise

Innovation

…

Corporate hacker, ou le profil idéal pour transformer l’entreprise

Il existe certains profils de salariés favorisant les mutations. Il semblerait que le corporate hacker en fasse partie : fortement inspiré de la culture geek, il a la capacité d’anticiper les changements nécessaires, d’imaginer de nouvelles manières de fonctionner pour sortir de la crise et même de désobéir pour porter la transformation.
Electron libre, le corporate hacker possède également de solides compétences dans son métier, ce qui en fait un élément précieux dans la transformation d’une organisation.
Qui sont les corporate hackers et comment ont-ils réussi à transposer la culture geek au monde de l’entreprise ? Sur quelles compétences et qualités s’appuient ces corporate rebels pour transformer les organisations de l’intérieur ?

Le corporate hacker : une exigence d’excellence

corporate hacker

Minutie et détails : le corporate hacker est très marqué par la culture geek qui implique de comprendre un système avant de l’utiliser. Il va donc chercher à comprendre chaque détail de l’organisation, un peu comme s’il s’agissait d’un moteur et qu’il le démontait pièce par pièce. Son ambition ? Comprendre comment il fonctionne pour le ré-assembler en mieux.
Cette approche nécessite des compétences techniques et un savoir-faire métier de haut niveau. Porté par sa curiosité, le corporate hacker cherche en permanence à faire mieux. C’est ce niveau d’exigence qui le porte vers l’excellence.
C’est également en cela qu’il est bienveillant car son objectif est de faire du mieux avec l’existant – transformer – et non de détruire pour réinventer.

La puissance créatrice du corporate hacker

corporate hacker

Ingénieux et malin, le corporate hacker manie avec prouesse l’art du détournement. « Cet élément ne serait-il pas plus utile si on le plaçait ici ? » Adepte de la méthode essai-erreur, roi de la bidouille, son talent principal est de réussir à faire des liens entre des compétences, des personnes, des idées…là où personne ne voit d’opportunité.
Il fonctionne par itération pour améliorer ses prototypes car le corporate hacker entre vite dans l’action. Il aime faire (c’est un « maker ») et apprécie les résultats concrets et si ce n’est pas parfait du premier coup, qu’à cela ne tienne, il recommence !

La force de la résilience

corporate hacker

Non seulement le corporate hacker résiste « aux chocs » causés par une crise mais il a la capacité de la comprendre, de l’analyser et d’éviter de nouvelles secousses. Car dans sa logique de « tout comprendre » il analyse les causes et les conséquences.
Résultat : il sort grandi des crises, échecs, difficultés… Tout en tirant les conclusions qui s’imposent et n’hésitant pas à remettre en question les pratiques actuelles ni les modes de pensées.

Le corporate hacker : catalyseur de la transformation

corporate hacker

Lorsqu’il identifie une transformation à mener, le corporate hacker ne se contente pas d’attendre passivement. Convaincu de travailler pour le bien de l’organisation, il n’hésite pas à prendre des chemins de traverse, à court-circuiter sa hiérarchie s’il l’estime immobiliste.
Ainsi le corporate hacker peut se trouver sur le fil du rasoir, à force de jouer avec les limites, voire de désobéir… mais c’est qu’il le fait pour transformer un système qui ne fonctionne déjà plus.
Ainsi, sa désobéissance devient-il le levier d’une transformation nécessaire.

Corporate hacker, l’idéaliste

corporate hacker

Qu’est-ce qui mobilise autant l’énergie du corporate hacker ? Est-il en quête de plus de performance ou de profit ? Il est probable que sa motivation intrinsèque dépasse largement ce cadre car il cherche à redonner du sens à la mission de l’entreprise.
Ainsi, il utilise son insatisfaction et ses frustrations comme énergie pour transformer l’organisation. Dans son viseur ? Le bien commun. C’est porté par cet idéal que le corporate hacker déplace des montagnes.

Leur point faible : la difficulté à donner une dimension collective

Les corporate hackers sont des profils très intéressants dans une approche de transformation digitale. Néanmoins, seuls, ils ont tendance à s’épuiser et à mettre en place des dispositifs internes qui manquent de pérennité.
Pourtant, une fois connectés, ils peuvent transformer l’organisation beaucoup plus efficacement.
Il est primordial de les détecter (par des logiques de cooptation et/ou en lançant des invitations en internes qui vont capter leur attention) et de les fédérer au sein d’un écosystème transversal qui va porter la transformation.

La nécessité d’une nouvelle forme d’accompagnement de la transformation

L’importance des corporate hackers commence à être perçue par les organisations. Ces dernières font désormais de plus en plus appel à des acteurs qui accompagnement différemment la transformation.
C’est pour répondre à ce besoin que MyJob.Company a lancé Unlock, dédié à l’accompagnement de la transformation des organisations par la création d’écosystèmes apprenants.
Notre démarche consiste à co-construire avec nos partenaires des plateformes d’intelligence collective afin d’éviter tout phénomène de dépendance.
Notre spécificité : créer des dispositifs collectifs mariant l’humain et le digital et les faire se propager de façon organique comme avec Pôle Emploi, pour qui sommes en train de créer un réseau interne de corporate hackers.
Pour mettre nos clients en réseau, nous travaillons ainsi avec le Lab RH, un écosystème de plus de 300 startups de l’innovation RH co-fondé par MyJobCompany et Monkey tie en 2015, ainsi qu’avec des réseaux pratiquant des approches basées sur le collaboratif et l’intelligence collective.

L’équipe d’Unlock

Boris Sirbey, Chief Evangelist, Co-founder @MyjobCompany, @Unlock, @LabRH, @Collectivz

 

Anne Levi – Directrice Business Transformation & Performance

Cédric Cohen Lemberg – Chief Digital Strategy, Co-founder @MyjobCompany, @Unlock, @LabRH

Sonia Bekhoucha-Held – Directrice Coaching & Transformation

Cet article a été écrit par Marjolaine Gaudard

Toute notre actualité