Pourquoi vous pourriez rêver de devenir headhunter ?

featured

…

Pourquoi vous pourriez rêver de devenir headhunter ?

Headhunter ou « chasseur de tête » en vf.

Si chacun ouvre son carnet d’adresses, on peut aider un chercheur d’emploi à trouver une entreprise. Ou une entreprise à trouver la perle rare. Car nous avons tous en nous la puissance d’un jobboard : c’est ce qu’on appelle la cooptation ou encore le recrutement par les pairs.
Avec l’uberisation de l’économie, des plateformes de mise en relation vous proposent de vous transformer en chasseur de tête. Mais pour quelles raisons pourriez-vous rêver de devenir headhunter ?

Tout le monde peut devenir un headhunter

Konzept

Pas de pré-requis, pas d’expérience nécessaire, tout internaute peut décider de mettre à profit son carnet d’adresses et se transformer en chasseur de tête en un simple clic.

Vous êtes rémunéré pour ça

Vous percevez une rétribution (que ce soit financière ou par des programmes de cadeaux) quand vous sourcez un profil et surtout, lorsqu’un candidat que vous avez proposé est recruté (de 1000 à 2000 euros). Une manière de compléter votre salaire et de mettre du beurre dans les épinards.

Vous êtes libre de votre organisation

foule_metro_3__c_reuters

En fonction de vos disponibilités, de vos envies, de votre motivation, vous êtes libre d’y passer beaucoup, très peu ou énormément de temps.

Vous voulez changer de carrièrei quit

Vous voulez devenir chasseur de tête à plein temps ? Il est possible de suivre des formations pour vous professionnaliser : networking, analyse comportementale, recherche booléenne…

Vous pourriez devenir le candidat de demain

Les rôles ne sont pas figés. Hier recruteur dans une entreprise, vous pourriez bien demain occuper la position du chasseur de tête ou encore du candidat.

reseaux-sociaux-guide

Vous avez accès à des outils de pro

Pour recruter, vous disposez d’outils dignes d’un chargé de recherche en cabinet de chasseur de tête : aide au sourcing, pilotage de vos performances…
La technologie innovante en matière de cooptation vous transforme en professionnel du recrutement.

You are not alone. (Vous êtes accompagné)

Les headhunters travaillent librement mais ils peuvent être entourés au besoin. Par exemple, par les commerciaux en interne ou encore par des experts aguerris du recrutement. Les annonces sont clarifiées en amont pour vous transmettre l’essence du besoin et vous permettre de proposer le (les) meilleur(s) profil(s).

Vous donnez une chance à des profils « atypiques »

social referralD’abord, l’approche humaine des headhunters permet de prendre en considération l’aspect « multi-dimensionnel » d’un candidat : un candidat c’est comme un millefeuille, pour l’apprécier il faut voir toutes les couches.
Ensuite, basé sur les compétences et savoir-être et sans biais d’interprétation humaine, l’algorithme de matching va effectuer la pré-sélection des candidats en permettant aux entreprises de se placer dans une logique de diversité.

Cette approche permet ainsi de limiter la reproduction sociale, c’est plutôt valorisant non ?

Vous menez l’enquête

Plus vous trouverez des profils rares et des talents cachés, plus vous accèderez aux recrutements experts (et donc rémunérateurs).
Menez l’enquête sur vos réseaux pour découvrir la perle cachée au creux de vos contacts.

Vous décidez de votre style

Vous pouvez être un broadcaster (celui qui balance les annonces à tout son carnet d’adresses) ou un sniper (celui qui vise peu mais juste), il n’y a pas de Vérité. Juste des manières de fonctionner.

C’est valorisant

batman-robin-4236593qkmbw_1713Bah oui quoi, y a pire que de mettre en contact des entreprises et des gens qui cherchent un emploi (ou un autre job). Accompagner, coacher, encourager, conseiller. Au-delà de la « chasse de tête » pure, votre rôle peut s’étoffer de mille façons.

mail

Nous cherchons des talents comme vous, n’hésitez plus… Rejoignez notre communauté de 100 000 headhunters !

Lire le communiqué de presse « MyJobCompany, leader français du recrutement participatif, finalise une deuxième levée de fonds de 1,5 million d’euros« .

Cet article a été écrit par Marjolaine Gaudard

Toute notre actualité