Vulgariser son CV : un atout essentiel pour les candidats hautement spécialisés

Candidats

…

Vulgariser son CV : un atout essentiel pour les candidats hautement spécialisés

Pour les candidats aux compétences très spécialisées, vulgariser son CV peut être une étape positive dans la recherche d’emploi. En effet, un CV est une carte de visite brève, qui doit permettre au recruteur de comprendre et d’analyser rapidement un profil professionnel. Toutefois, ce recruteur ne sera pas obligatoirement au fait de chaque spécificité technique complexe d’un poste. Il s’agit donc pour le candidat d’apprendre à présenter ses expériences de manière compréhensible, sans pour autant minimiser l’étendue de ses compétences.

Puisque la clarté est l’élément le plus important d’un CV, il est particulièrement important qu’il soit lu avec aisance et cela quelque soit votre profil. Analyse de la fiche de poste, structuration du CV et emploi de mot simple seront vos meilleurs alliés. Toutefois, pour parvenir à vulgariser un CV intelligemment, il faut d’abord comprendre en quoi cela peut être un atout supplémentaire pour le candidat.

Dans quels cas vulgariser son CV ?

Vulgariser son CV ne sert pas seulement à mieux présenter vos compétences, même si cela reste la motivation de base. Il peut également s’agir d’une façon détournée de promouvoir vos capacités à communiquer, à travailler en équipe, ou à rassurer un recruteur sur la justesse de vos compétences.

Aller droit au but

On touche ici à l’essence même d’un bon CV : sa capacité à relater des informations multiples (expériences, compétences, personnalité) en un seul document cohérent et concis. Ce n’est pas une tâche aisée et, pour un candidat hautement spécialisé, cela devient encore plus complexe.

En effet, le but premier du curriculum vitæ sera de permettre au recruteur de saisir de façon synthétique votre parcours et vos compétences. La simplicité y est aussi cruciale que l’honnêteté. Pour cette raison, savoir vulgariser son CV est un atout majeur : un vocabulaire complexe ou abscons ne vous aidera pas.

Parler à différents publics

Aujourd’hui, la structure des entreprises est de moins en moins verticale. Le management en mode projet devient un modèle prévalent, et vos futurs collaborateurs pourraient venir de backgrounds très différents les uns des autres.

Tout emploi peut donc vous mettre en relation avec différents « publics ». Il vous faudra alors être capable de parler un langage compréhensible par tous. Pourquoi ne pas commencer sur le CV ? Ce sera une bonne indication de votre capacité à simplifier, à vulgariser vos connaissances.

Mettre en avant ses qualifications

Mettez-vous à la place de votre recruteur : il cherche la personne qui correspond au poste, aussi bien au niveau de la personnalité que du parcours. Si votre CV présente des compétences très techniques, exprimées dans un vocabulaire qui lui paraîtra obscur, vous risquez de perdre votre lecteur.

Simplifiez-lui la vie ! Pour cela, il ne faudra pas hésiter à modifier le niveau d’expression de votre CV selon l’emploi que vous postulez et l’entreprise dans laquelle vous souhaitez travailler. Le bon vocabulaire pour le bon poste, c’est la marque d’un employé adéquatement qualifié.

Vulgariser son CV en restant valorisant

On arrive au cœur de l’affaire : vulgariser son CV doit permettre de présenter un résumé simple de vos compétences et de votre parcours sans pour autant dévaloriser votre haut niveau technique. Comment réussir cet équilibre délicat ? Voici quelques astuces.

Analyser la fiche de poste

C’est la première étape pour tous ceux qui souhaitent postuler un emploi, et elle est encore plus cruciale dans votre cas. Lire attentivement la fiche de poste et en tirer des mots-clefs vous donnera une idée du niveau de compétence qu’on attend de vous. Relevez également la présence de termes techniques précis. À partir de là, tentez de vous mettre dans la peau du recruteur et imaginez ce qu’il attend d’un profil professionnel pour cet emploi.

Le but, ici, est d’arriver à définir ce qui est vraiment prioritaire dans le poste que vous briguez. Cela vous aidera aussi à estimer le niveau de connaissance technique de votre recruteur. Ainsi, vous serez en mesure de valoriser les compétences-clefs dans votre parcours, et d’adapter votre vocabulaire.

S’appuyer sur ses compétences

La première qualité d’un vulgarisateur, c’est sa capacité à structurer habillement son discours. Grâce à votre analyse de la fiche de poste, vous êtes désormais en mesure de mettre en avant les compétences idéales pour cet emploi. Ainsi, vous simplifiez la lecture d’un CV particulièrement dense.

Néanmoins, vous pouvez aller plus loin. Pour mieux faire ressortir vos forces, pourquoi ne pas créer une partie « compétences » ? Cette technique souvent utilisée par les candidats juniors se révèle également payante pour les professionnels les plus spécialisés. Souligner vos compétences séparément de vos expériences facilitera la lecture du recruteur. Surtout si vos expériences sont très nombreuses ! Cela lui permettra aussi de se focaliser sur le cœur de votre personnalité.

Petites astuces : faire attention aux demandes spécifiques. Par exemple, repérez les éléments techniques précis qui peuvent être exigés dans la fiche de poste. Ainsi, si l’utilisation de logiciels très spécifiques est cruciale à cet emploi, cela sera inscrit en toute lettre dans la fiche. Néanmoins, ce que ces logiciels permettent de faire ne le sera probablement pas. Il n’est donc pas la peine de rentrer dans tous les détails : une évaluation honnête de votre niveau de compétence sera plus parlante pour le recruteur qu’une explication complexe de vos capacités.

Savoir choisir les bons termes

C’est le point crucial de la vulgarisation : il vous incombe de limiter le vocabulaire technique pour mieux « parler à tous ». Ainsi, si vous souhaitez mettre en avant vos capacités dans un domaine méconnu du grand public, exprimez-les avec un titre simple. Si des explications vous paraissent nécessaires, n’entrez que dans les éléments vraiment indispensables, et utilisez des paragraphes secondaires : un recruteur parcourt d’abord un CV dans son ensemble avant de se plonger dans les détails.

Un autre point à ne pas négliger : même si votre CV met en avant des compétences rares et techniques, il est conseillé d’y mentionner des compétences plus classiques, très recherchées des recruteurs (autonomie, capacité à travailler en équipe, etc.). Vous donnerez ainsi à votre lecteur des points auxquels se raccrocher et qui, en plus, sont cruciaux pour un bon salarié.

Pour finir, n’oubliez pas de faire une relecture spécifique pour les termes techniques que vous utilisez. Le meilleur conseil que l’on puisse vous donner viendra sûrement d’une personne qui ne travaille pas dans le même secteur que vous. Ainsi, n’hésitez pas à demander à une ou plusieurs personnes autour de vous, qui ne partagent pas vos connaissances, de lire votre CV. En effet, on n’écrit jamais pour soi, seulement pour les autres.

Cet article a été écrit par Pierre Caron

Toute notre actualité